Un média de quartier de la Goutte d’Or
La vie de quartier de la Goutte d’Or
Menu
Accueil > A la une > Actualités >

Miam au Restau des Enfants !

Publié le 25 février 2020

À l’occasion des vacances scolaires, le Collectif 4C/Quartier Libre a organisé pour la seconde fois le restaurant des enfants. Le principe, laisser la gestion entière du restaurant aux enfants : de la préparation du déjeuner en cuisine au ménage qui suit le départ des convives en passant par le service et bien sûr, la dégustation ! À midi, les enfants pouvaient inviter leurs ami.e.s à goûter le délicieux repas préparé par leurs soins durant la matinée.

Le rendez-vous était fixé à dix heures à Quartier Libre ! Au total, sept jeunes étaient attendus. Le défi : préparer une entrée, un plat et un dessert en trois heures, avec l’aide bien sûr d’Hélène et Eddy, et ce pour une vingtaine de personnes. Le menu avait été préalablement élaboré par les enfants lors d’un atelier préparatoire d’une heure la veille du jour J, permettant ainsi à l’association de faire les courses en conséquence.

Pour accompagner Diaba, Fatou, Cissé, Tiguidanké, Kinné, Dany & Aydan ce jour-là, il y avait Eddy aux fourneaux, Hélène pour les driver avec amour, ainsi que Fatou, la maman de Kinné, qui s’est portée volontaire pour donner un coup de main ! Merci à tout ce beau monde d’avoir rendu possible cette deuxième édition du Restau des Enfants.

Retour sur cette journée très chargée

Toute affaire en cuisine commence par de l’hygiène. Il faut donc désinfecter les plans de travail et se laver les mains pendant 42 secondes. L’action sera à réitérer entre chaque étape. Après cet indispensable, nous passons au sale. On enfile le tablier et c’est parti ! Ce qu’Hélène appelle « le sale », c’est le gros du travail, qui consiste à laver, éplucher et couper les fruits et légumes. Il faut y aller de ses mains et souvent, il y en a partout !

On commence par la fin. En effet, c’est au dessert que les jeunes s’attaquent en premier. Pourquoi ? Eddy a déjà préparé les pâtes brisées, qui n’attendent plus que de fins quartiers de pommes pour être décorées et déposées au four. Ça, c’est fait !

Ensuite, c’est au tour des carottes d’y passer. On épluche, on épluche, on épluche. Tou.te.s autour d’un grand plan de travail, on épluche encore et en chœur ! En revanche, elles attendront avant de rencontrer le robot. Ça, c’est pour un peu plus tard. Ensuite, vient le grand moment des champignons : eux, on leur laisse la peau pour la cuisson, mais c’est la partie terreuse de leurs pieds qu’on enlève. Les brocolis subissent le même sort : à chacun ses têtes. La consigne : tenter de garder quand même un bout de la tige parce que bien cuisiné, c’est bon aussi !

Alors que brocolis et champignons baignent chacun dans un saladier d’eau vinaigrée pour garder leur belle couleur, le moment redouté des oignons est arrivé. La plus grosse concentration d’acide se trouve dans le centre de l’oignon, appelé vacuole. C’est pourquoi, nous apprend Hélène, il convient de découper avec un économe ou un petit couteau tout autour des racines afin d’extraire cette partie. Malgré ces conseils avisés, les jeunes sont en larmes. Le chagrin est presque insoutenable quand le Robot fait son entrée et change la donne.

Dans la foulée, pendant que certain.e.s font disparaître les carottes une à une dans le robot, d’autres s’attèlent à éplucher joliment les concombres. L’entrée est presque prête ! Les carottes ont le choix : râpées, elles iront en entrée tandis que le plat les attend en rondelles. Celles qui choisiront d’être râpées seront accompagnées d’autres rondelles : des rondelles de concombres cette fois, finement tranchées à la mandoline par des jeunes qui en usent avec grande précaution. Les rondelles de carottes quant à elles donnent rendez-vous dans la casserole aux brocolis, aux champignons, aux oignons et aux courgettes.

Les courgettes ! On pensait avoir fini le sale, on avait même désinfecté une nouvelle fois les plans de travail mais à tort, on a laissé les courgettes aux oubliettes. C’est pas grave ! De toute façon, ce sont les carottes qu’il faut mettre en premier dans les casseroles, ce qui laisse le temps à Fatou, notre aide cuisinière du jour, de s’occuper des courgettes en vitesse.

Pour la cuisson, les jeunes installent quatre larges plaques électriques sous trois grandes hottes. Malgré ça, quelques minutes après le début de la cuisson, il y a de la buée sur les vitres du local alors on ouvre la porte en grand. Les passants se demandent bien ce qu’il s’y passe. Ça travaille dur, les jeunes s’activent pour être dans les temps, et ce n’est pas chose gagnée : il reste le ménage ! Les légumes et les tartes sont cuit.e.s, l’entrée est assaisonnée, Eddy a cuit les pâtes : le déjeuner est prêt. Mais ce n’est pas le cas de la salle !

Gérer un restaurant, c’est ne rien laisser au hasard, il faut s’occuper de tout. Les jeunes en font ce jour-ci l’expérience : les convives arrivent dans quelques minutes et le ménage n’est pas terminé. On sent le stress monter, c’est le coup de feu ! On s’active si fort que la tâche se transforme en activité sportive sans aucun doute. Pendant que Dany et Aydan mettent la table en bas, les filles terminent de ramasser les dernières épluchures de l’espace d’accueil, qui tout au long de la matinée, était l’espace de cuisine. Attention, tout va au composte dans le jardin, sauf les épluchures d’oignons dont l’acidité tue les vers !

À treize heures tapantes, les premiers invités sont là. Cissé est chargée de récupérer la participation de chacun fixée à 1 euro symbolique. On souffle quelques instants en attendant la venue de tout le monde. Une fois la compagnie au complet, c’est enfin le moment de manger ! Nos cuisinier.e.s du jour se chargent de servir leurs ami.e.s qui chacun leur tour se présentent avec leur assiette. Et quand vient le tour des apprenti.e.s, c’est Hélène qui se charge du service, iels l’ont bien mérité !

L’entrée est à l’heure des devinettes ! Hélène a préparé un tas de petites questions en lien avec la cuisine et l’alimentation. Il faut lever la main en premier pour donner sa réponse. On apprend par exemple qu’une canette de coca contient l’équivalent de sept morceaux de sucre. À l’issue de ce petit quizz, nos trois gagnantes sont invitées à venir manger au restaurant des adultes jeudi ou vendredi ! Félicitations à elles.

Une fois tout le monde servi, c’est au tour des adultes de prendre une pause pour déjeuner, laissant ainsi s’amuser en dessous d’eux les jeunes, occupés à se raconter leur matinée en musique. Conclusion de la dégustation : ce n’est pas facile de leur faire manger des légumes mais avec un peu de bonne volonté, on y arrive quelque peu. Même si les assiettes ne reviennent pas vides, la plupart a joué le jeu !

Enfin, il convient de féliciter et de remercier les apprenti.e.s cuisinier.e.s du jour qui très courageux.ses, sont resté.e.s jusqu’à la fin pour aider à ranger et à faire le ménage. L’expérience fut complète pour eux.elles et ils semblaient plus que ravi.e.s d’avoir participé à ce restau des enfants. Après tout, c’était bien le leur le temps d’une journée et de cette responsabilité, ils en ont fait quelque chose de bien. Et de bon !

Et voici un petit diaporama de la journée :



Jeunesse / Enfance Atelier périscolaire Vacances Culture

Agenda

ven.
17
juil.
Initiation à la gravure
par 15h - bibliothèque Goutte d’Or
Lire la suite
mer.
22
juil.
Réunion publique "Piétonnisation rue de la Goutte d’Or
par 18h30 - école élémentaire 11 rue Cavé
Lire la suite
mer.
22
juil.
Histoires en ballade
par Compagnie Gaby Sourire
Lire la suite
ven.
24
juil.
Ciné plein air "Tito et les oiseaux"
par ADOS,J
Lire la suite
mar.
28
juil.
Info Parcours linguistique à visée professionnelle
par Espace de Proximité Emploi
Lire la suite
mer.
19
août
Atelier d’écriture
par 15h - bibliothèque Goutte d’Or
Lire la suite
mer.
26
août
Atelier d’écriture
par 15h30 - bibliothèque Goutte d’Or
Lire la suite
Voir tous les rendez-vous

Actualités

Un été à la Goutte d’Or - 21 août 2è édition du Guide pour Agir ! - 15 juillet ATELIERS ARTISTIQUES GRATUITS CET ÉTÉ - 15 juillet Le 18e du Mois : juillet / août - 15 juillet L’usage détourné du protoxyde d’azote, une pratique à risques - 6 juillet