Un média de quartier de la Goutte d’Or
La vie de quartier de la Goutte d’Or
Menu
Accueil > Votre Goutte d’Or > Paroles d’habitants > Paroles d’habitants >

"La Goutte d’Or selon moi"

Publié le 13 décembre 2013

En tant que jeune habitante du quartier de la Goutte d'Or, je me sens beaucoup plus en sécurité qu'ailleurs, car je connais les habitants et les commerces.

Si je rentre tard je n'ai pas peur car je sais qu'à tout moment je peux compter sur les personnes de la Goutte d'Or. Pour moi c'est comme une petite famille, un petit village où l'on connaît tout le monde.

Vu de l’extérieur, pour les gens c'est un quartier ghetto, le coin des voleurs, la où ça « bicrave » de tout et n'importe quoi...

Mes amis pour me charrier, ils me disent « en secret t'es une rakaille , obligé ce que t'as tu l'a péta » … Parfois même ils me demandent des conseils pour vendre des trucs au « marché des voleurs ».

Au jour d'aujourd'hui pour moi c'est juste un quartier qui assume ce qu'il est, toutes les nationalités sont mélangées, on peut y trouver des aliments, des objets, des commerces différents et qui viennent du monde entier, les commerces n'ont pas d'heures à tout moment on peut sortir acheter quelque chose même le soir.

Ce petit coin de Paris tout le monde le connaît sans exception même les gens qui ne viennent pas.

C'est un quartier populaire et toujours ambiancé. Les associations sont là pour nous aider à faire évoluer le quartier tout en gardant leur culture et leur habitude.




Agenda

sam.
21
nov.
Quel monde associatif demain ?

Lire la suite
mer.
2
déc.
Ecouteurs de rue
par 13h-15h - angle de la rue Polonceau et de la rue des Poissonniers
Lire la suite
mar.
8
déc.
Agricultures urbaines et précarité alimentaire
par Graine de jardins
Lire la suite
Voir tous les rendez-vous

Actualités

Covid19 : Aides à destination des associations - 16 novembre URGENCE ALIMENTAIRE GOUTTE D’OR - APPEL A SOUTIEN - 10 novembre Confinement : ressources alimentation - 10 novembre Confinement : tour des assos - 4 novembre Quid du reconfinement - 2 novembre