Un média de quartier de la Goutte d’Or
La vie de quartier de la Goutte d’Or
Menu
Accueil > A la une > Actualités >

CICA : "À quoi bon être consulté si tout peut être remis en cause par la volonté d’un seul ?"


TRIBUNE - Bernard Massera de l’association Paris Goutte d’Or et habitant du quartier était présent à la dernière réunion du Comité d’Initiative et de Consultation d’Arrondissement (CICA) du 18e, le 14 avril 2016. Un système de consultation citoyenne qui, selon lui, est relatif et biaisé.

« "Participation citoyenne : quels rôles pour les associations ?". C’était le titre de ce CICA demandé par les associations. La soirée fut introduite par deux techniciens de la ville de Paris présentant longuement les divers dispositifs de participation individuelle proposés aux Parisiennes et Parisiens. C’est tout juste si les instances collectives de participation comme le conseil de quartier, le conseil citoyen et le CICA furent évoqués.
S’en suivit un exposé fort intéressant mais nécessairement général par un professeur de la Sorbonne expliquant ce qu’était la "démocratie participative, son cadre et ses exigences".
Deux heures s’étaient écoulées. Dans la petite heure restante, on pouvait prendre quelques interventions de la salle avant de reporter à plus tard, ce qui aurait du faire l’essentiel de la soirée, à savoir la réflexion entre associations et partenaires pour approfondir concrètement le sujet.

Quelques simples remarques cependant :

"La démocratie participative ne peut pas exister si elle ne mobilise pas toutes les catégories de la population", soulignait le professeur. Oui mais voilà… Comment faire participer toutes les catégories de la population de nos quartiers
quand la Ville de Paris envoie des invitations pour des concertations quelques jours avant ne laissant aucune possibilité aux associations de consulter, de débattre avec leurs membres ou les populations qu’elles touchent afin d’élaborer une parole collective ? Le temps de l’administration et des politiques, n’est pas celui des populations, des citoyens…

Il ne suffit pas comme ce fut le cas pour le dernier "projet de territoire" d’avoir à attendre que les élus et leurs administrations soient prêts, de rassembler des personnes, de les faire répondre brièvement à des questions préétablies et à partir de là en faire une synthèse sans que les participants aient pu en avoir la maîtrise en s’impliquant dans son élaboration. L’impression d’avoir "à attendre d’en haut" et d’être instrumentalisé est alors forte. Finalement le résultat est complètement démobilisateur.

Quand l’essentiel des questions et des expressions exigent la maîtrise de l’outil informatique, non seulement on écarte du débat une population importante de nos quartiers, mais on les humilie en les faisant apparaître, ne serait-ce qu’à leurs propres yeux, comme des "incapables" ou des "inadaptés"… Quand les associations, qui tentent de développer des Espaces Publics Numériques (EPN), pour réduire la "fracture numérique" voient la subvention de la Ville de Paris diminuer régulièrement.

Si la Ville de Paris veut véritablement développer la participation citoyenne, elle se doit de faire les choix budgétaires qui s’imposent pour que toutes les catégories de population et en particulier les plus "démunis" puissent avoir la maîtrise des outils et des processus proposés.

Oui mais voilà … Qui décide de quoi ?

Le tableau présenté par les techniciens de la Ville de Paris signalait que les habitants pouvaient s’exprimer sur les Jeux Olympiques… Mais qui a décidé de ces jeux ? On nous dit que c’est le président de la République. Très bien mais alors pourquoi les Parisiennes et Parisiens n’ont pas pu s’exprimer sur cette proposition qui nécessairement pèse sur les choix budgétaires de la Ville ? On peut saluer les initiatives autour du Budget Participatif, mais il ne faudrait pas que ce ne soit que l’os à ronger pendant que l’essentiel des choix sur la vie des parisiens et parisiennes se font ailleurs…

Après de nombreuses années de consultations de toutes sortes, après un vote du Conseil de Paris a été décidé et lancé solennellement le projet de l’Institut des Cultures d’Islam (ICI). Alors que la première phase a été réalisée, sans concertation ni information aucune, ni même du Conseil de Paris, comment la maire de Paris peut-elle de sa seule autorité mettre fin à ce projet ? Défendre le projet n’est pas le propos [voir la tribune de PGO sur l’ICI] : il s’agit ici d’examiner les processus de décision et la place de la participation citoyenne. À quoi bon être consulté, donner des avis, si tout, sans explication, peut être remis en cause par la volonté d’un seul ?

Certes la Ville de Paris affiche sa volonté de faire vivre une démocratie participative. Dont acte. Mais cela ne peut pas passer que par des dispositifs qui individualisent, se rythment sur les seules calendriers administratifs et dont les initiatives et la maîtrise seraient réservées aux élus et à leurs administrations. Les Parisiennes et Parisiens doivent voir concrètement qu’ils ont un réel pouvoir et qu’ils peuvent l’exercer. Si s’installe le sentiment d’être utilisé pour valider des choix décidés par ailleurs, le risque est grand de l’abstention, du retrait et du dénigrement du politique.
Tout se passe au sujet de la démocratie participative comme s’il y avait un véritable conflit des logiques. Celle des élus de la Ville de Paris et de leur administration d’une part et celle, d’autre part, d’une vie associative citoyenne.

C’est de ce débat entre ces deux logiques qu’il conviendrait de s’emparer tous ensemble, y compris avec la participation effective de Monsieur le maire, des adjoints à la vie associative, à la démocratie locale, à la politique de la ville et des élus référents de quartier.
C’est de ce débat dont nous nous sommes privés lors de ce CICA du 14 avril. »

Bernard Massera - Paris Goutte d’Or
17 avril 2016.



Défense des associations Politique

Agenda

mar.
27
nov.
Spectacle "Le K.O des mots" au Lavoir Moderne Parisien
par Lmp
Lire la suite
mer.
28
nov.
Forum sur l’Espace Public
par Soscasamance
Lire la suite
jeu.
29
nov.
Groupe d’échanges gratuit, entre parents
par ADOS
Lire la suite
sam.
1er
déc.
Goûter et ateliers au square Jessaint
par A partir de 14H00
Lire la suite
sam.
1er
déc.
Spectacle "Paysage d’ensemble"
par Le 1er et 2 décembre - Projet : Chaillot en partage à la Goutte d’Or
Lire la suite
mar.
4
déc.
Soirée de lancement du MOOC / Espoir 18
par Espoir18
Lire la suite
mar.
4
déc.
Table-ronde "les origines du VIH" et déspistage gratuit
par URACA BASILIADE
Lire la suite
jeu.
6
déc.
Collecte de sang à la Salle Saint Bruno
par De 14h00 à 19h00
Lire la suite
dim.
9
déc.
Atelier artistique : spécial Noël - Couronne
par Art Exprim
Lire la suite
mer.
12
déc.
Braderie d’hiver à Accueil Goutte d’Or
par Accueil Goutte d’Or
Lire la suite
Voir tous les rendez-vous

Actualités

Stages de bachata les dimanches - 25 novembre Marché de Noël des Portes d’Or - 21 novembre Expo et ateliers Ukiyo-e - 21 novembre Contre les violences faîtes aux femmes - 20 novembre Nouvel atelier des 3 Tambours : la percussion brésilienne ! - 15 novembre